UXTalk#9 : « Les UX et les développeurs viennent-ils de planètes différentes? » – Résumé/ UXTalk#9: “Are UX and developers from different planets?” – Summary

English follows

——————-

UXTalk#9 : « Les UX et les développeurs viennent-ils de planètes différentes? » – Résumé

UXtalk #9 a rassemblé environ une vingtaine de personnes a qui on a demandé : « Les UX et les développeurs viennent-ils de planètes différentes? ».

Une approche provocante ;-) qui nous a fait réaliser que les questions qui créent actuellement une distance perceptible entre UX et développeurs cachent probablement des questions sous-jacentes. Voici quelques-unes de ces situations dont nous avons discuté :

  • Problème de définition du rôle du UX dû à des processus et/ou une structure organisationnelle déficiente (ou simplement différente) selon les types d’entreprises. Une approche en silo crée nécessairement un écart entre les disciplines.
  • Les UX ont besoin des développeurs pour travailler intelligemment
  • Le travail d’équipe est essentiel, à défaut de quoi les développeurs se retrouvent devant le fait accompli.
  • On demande beaucoup de la part des UX. Ils doivent avoir des connaissances approfondies dans plusieurs sphères de la production : contenu, structure, code, design, etc.
  • Par contre, il y a actuellement une lacune au niveau des formations pour les UX. Plusieurs d’entre eux sont autodidactes.
  • Les UX devraient baser leur travail sur des résultats précis provenant de l’ethnographie, des tests utilisateurs, des données analytiques, etc.

Alors quelles sont les solutions qui rendraient le processus de production plus efficace et plus respectueux de la réalité de chaque discipline?

  • Méthode agile
  • Collaboration continuelle
  • Tester! Tester! Tester!
  • On devrait aider les clients à comprendre (à travers la conscientisation et l’accompagnement) que les tests utilisateurs sont essentiels et qu’il est préférable d’investir en amont plutôt que d’ajuster le produit une fois terminé. Du même coup, il faut apprendre à faire face aux clients qui jouent aux experts en UX et qui exigent constamment des micro-changements plutôt que de demeurer à haut niveau et de laisser l’expertise à l’équipe de production.

Merci à tous ceux qui ont participé à la discussion. On espère vous revoir au prochain UXTalk!

———

UXTalk#9: “Are UX and developers from different planets? – Summary

UXtalk #9 brought together around 20 people to try to answer the question « Are UX and developpers from different planets»

We agreed that the question was possibly too provocative ;-) and that the issues that create the perceptible rifts between UX and developpers could actually be covering up other issues. Here are just some of them that we managed to bring to light:

  • Problem with the definition of the UXer’s role due to defective (or just different) processes and/or organisational structures in different types of company. A siloed approach creates rifts between disciplines
  • UXers need developers in order to work well
  • Teamwork is essential, otherwise developers find themselves before the fait accompli
  • We ask a lot of UXers. They need lots of knowledge in different areas: content, structure, code, design etc.
  • At the same time, there is a lack of formal training for UXers. Many are self-taught
  • UXers should base their work on the results of ethnographic and user research and analytics

So what are some solutions to make the production process run more smoothly for everyone?

  • Agile methodologies
  • Continuous collaboration
  • Testing! Testing! Testing!
  • We should help clients understand (through consciousness-raising consultation) that user tests are essential and that they are worth investing in upstream of development rather than adjusting the product once it’s online. At the same time we should learn how to manage clients who role-play the UX-expert and who constantly require micro-changes rather than remaining high-level and leaving the expertise up to the production team.

Thanks to everyone who took part. We’re looking forward to seeing you at the next UXTalk!

UXTalk#9: “Are UX and developers from different planets? / Les UX et les développeurs viennent-ils de planètes différentes ?”

English follows

—————————-

UXtalk, un lieu de discussion et de partage de connaissances autour de l’Expérience Utilisateur (UX) pour toute personne intéressée. Chefs de projets, développeurs, ingénieurs, consultants, designers, stratèges, vous êtes tous les bienvenus!

Qui n’a jamais entendu ce genre de dialogue ?

- Il faut arriver à ça en deux clics max pour que le client ait une expérience positive sur le site
–  Tss, tss pas possible. Le service est trop complexe, tu t’rends pas compte !

Pour cette 9ème rencontre : “Les UX et les développeurs viennent-ils de planètes différentes ?”
Autrement dit, pourquoi les développeurs et les UX ne se comprennent-ils pas toujours ?
Est-ce simplement une question de point de vue : à quoi ça sert vs. comment ça marche ?
Ou la différence est-elle plus profonde, d’ordre culturel ?

Dilbert.com

Venez débattre et partager votre expérience. Cet évènement est ouverts à tous, UX comme développeurs, et à tous ceux intéressés par ces questions.

Lieu : Divan Orange, 4234 Bd. St-Laurent
Date : Mercredi 23 mars 2011 de 17h30 à 20h
Places disponibles : 25
Prix : Gratuit

Inscrivez-vous sur Eventbrite maintenant!
——————————————————————————–

UXTalk # 9: “Are UX and developers really from different planets?”

UXtalk is the place for open conversation and knowledge-sharing on User Experience Design (UX). Agencies, consultants, engineers, project managers, strategists, designers, welcome!

Who hasn’t already heard something along the lines of the following ?

- We have to get to it in 2 clicks max in order for the client to have a positive experience on the website
– Oh no, that’s impossible! The service is too complex, you have no idea!

For this 9th edition of UXMTL, we’re asking: “Are UX and developers really from different planets?”
In other words, why don’t developers and UX always understand each other?
Is it simply a question of perspective between “what’s it for” vs. “how does it work?”
Or is the difference deeper, of a cultural order?

Dilbert.com

Come debate the question and share your experiences! This event is intended as much for UX and developers as those who work with them. We’re looking forward to seeing you!

Sign up now on EventBrite!

Place: Divan Orange, 4234 Bd. St-Laurent

Date: Wednesday March 23, 2011 from 5:30 pm to 8pm

Seats available: 25

Price: Free

UXtalk #8 : Résumé- Des jobs pour la nouvelle année / Summary – Jobs for the new year

[English text follows…]

Cette 8ème édition de UX Montreal a réuni une vingtaine de personnes de toute provenance. En bref, les agences interactives, les concepteurs de jeux, les firmes de recrutement et les consultants indépendants.

Notre animateur, Guillaume Thoreau (EA games), a ouvert la rencontre en demandant aux recruteurs présents:

“Que recherchez-vous chez un professionnel de l’expérience utilisateur?”
Martin Handfield, de la firme de service conseil Stratweb, recherche deux types de profil : un UX designer et un UX consultant. Le premier se spécialise en création de mock-up et d’interface tandis que le second travaille sur des études de benchmarking et des scénarii de tests. Suivant les demandes de ses clients, ces deux personnes peuvent être amenées à travailler de concert. Il arrive qu’on lui fasse des demandes spécifiques comme des connaissances javascript en plus de l’expérience UX.

Comment sélectionne-t-il ses candidats? Martin évalue le(s) site(s) sur lequel le candidat a travaillé et le compare au site du client pour voir s’il y a un bon “fit”. Le portfolio est important non seulement sur le plan du produit fini mais aussi de l’esquisse et des wireframes. Il recherche des personnes avec une expérience équivalente de 3-5 ans, voire 10 selon les clients. Les grands comptes misent sur les profils séniors contrairement aux start-up/PME.

Jean-François Lavigne, Directeur UX chez Nurun, recherche un UX sénior. En plus d’une expérience en architecture de l’information et de la production d’interface, un UX doit savoir faire de la stratégie et être un communiquant (inter-equipe, client). “Axure ça s’apprend, ce qui importe ce qu’il soit sensible au design”. Le background est secondaire.

Chez w.illi.am/, Anastasia Simitsis, Directrice UX, cite deux postes clés : l’ergonome et le designer d’interaction. Le premier fera l’évaluation des sites, le second est un communiquant visuel qui pense en terme de fonctionnalités et de processflows.

David Rollert, de l’agence interactive Pheromone, mise davantage sur les qualités humaines. Il s’entoure de personnes polyvalentes, curieuses, énergiques, qui acceptent la réalité du monde tout en essayant de ne pas accepter les contraintes soulevées.

“Le profil UX est-il devenu plus qu’un un nice-to-have?”
Martin est bien placé pour le savoir, étant en contact quotidien avec ses clients (Directeurs, VP). Le profil UX est très demandé et est reconnu comme une expertise dont ils ne peuvent se passer. Le travail des “évangélisateurs” qui ont vanté les mérites de l’UX y est pour beaucoup.

Chez Nurun, la pratique UX  est bien etablie et reconnue en interne aussi bien qu’en externe. Bien qu’elle soit distincte de l’équipe création, elle sait faire preuve de créativité  et les clients en redemandent!

“Votre défi 2011″
Les UX d’expérience (3-7 ans) sont peu nombreux sur le marché montréalais et il y a une forte concurrence entre recruteurs.

Jean-François (Nurun) souhaite développer la partie conseil et trouver un palliatif aux pigistes en formant les juniors.

“Les nouveaux diplômés et les juniors ont-ils plus de mal à être recrutés?”
Dans les grands comptes, oui. Martin conseille aux plus jeunes d’approcher les start-up ou les agences interactives qui recherchent des juniors (1-3 ans).

Contractuel vs Poste permanent
Cette question a suscité le débat de la soirée car les avis sont partagés! Pour certains, avoir un employé UX  facilite la communication avec les intégrateurs (développeurs) de par sa présence en continu et le client est livré plus rapidement. Pour d’autres, le consultant a une expérience variée sur de multiples projets, sait prendre connaissance rapidement du contexte de son client  et est donc un atout pour l’équipe.  Le sujet est loin d’être résolu!

En résumé, la soirée a connu un vif succès pour la transparence des employeurs présents qui nous ont offert leur vision actualisée du marché et des pistes intéressantes pour les chercheurs d’emploi.

Merci à vous tous !
——–
The 8th UXTalk event from UXMTL brought together around twenty people from very different kinds of business backgrounds: interactive agencies, game-designers, recruitment firms and independent consultants.
Our moderator, Guillaume Thoreau (EA games), opened the evening by asking the recruiters who were present:

¨What do you look for in a user experience professional?”
Martin Handfield, from the consulting firm Stratweb, looks for two types of profile : UX designer and UX consultant. The first specializes in user interface and mock up design whereas the second works on benchmarking studies and test session design. At his clients’ request, these two people may be brought in to work together as a team. On occasion, specific requests are made such as knowledge of javascript in addition to UX experience.

How does he select his candidates? Martin assesses the sites the candidate worked on and compares them with the client’s site to see if there is a good “fit”. A candidate’s portfolio is important, not only in terms of showing finished products but also by showing sketches and wireframes. He looks for people with 3-5 years experience, sometimes 10, depending on the client. The big accounts seek out senior profiles, whereas for start-ups/SME it’s the opposite.

Jean-François Lavigne,  Director of UX at Nurun, is looking for a senior UX. In addition to experience in information architecture and UI production, a UX should know how to think strategically and be a communicator (inter-team, client). “Axure can be learned, what’s important is that the person be design-aware”. The background is secondary.

At w.illi.am/, Anastasia Simitsis, UX Director, mentions two key positions: the ergonomist and the interaction designer. The former conducts website evaluations, the second is a visual communicator who thinks in terms of features and process flows.

David Rollert, from the interactive agency Pheromone, puts more emphasis on personal qualities. He surrounds himself with people who are multi-talented, curious, energetic and who accept the real world while at the same time not being accepting of its constraints.

“Has the UX profile become more than a “nice-to-have?””
Martin is well-placed to know, being in daily contact with his clients (Directors, VP). The UX profile is very much in demand and recognized as an expertise they cannot do without. The work of “UX Evangelists” who have boasted the merits of UX is in large part responsible for this.

At Nurun, the UX practice is well-established and recognized both inside and outside the agency. Although it’s separate from the creative team, they knows how to be creative and the clients keep coming back for more!

“Your challenge for 2011″
Experienced UX (3-7 years) are rare on the Montreal market and there is strong competition between recruiters.

Jean-François (Nurun) would like to develop his consultancy arm and find a solution other than free-lancers through training up junior staff.

“Are recent grads and juniors finding it more difficult to get hired?”
At the big firms, yes. Martin advises younger UX to approach start-ups or interactive agencies who are looking for junior staff (1-3 years).

Free-lance vs permanent position
This question provoked the debate of the evening because opinions differ! For some, having a UX as employee facilitates communication with the integrators (developers) due to their continued presence onsite and the client gets his delivery faster. For others, the consultant has a varied experience on multiple projects, knows how to get up to speed fast with respect to client context and is therefore an asset to the team. The subject is far from being brought to resolution!

To sum up, the evening was a great success due to the transparency of the employers who attended and who offered us their most up to date vision of the market and some interesting advice for job-seekers.

Thanks to everyone!


UXtalk #8 – Jobs For The New Year

UXtalk se veut un lieu de discussion et de partage de connaissances autour de l’Expérience Utilisateur (UX) pour toute personne intéressée (agence, consultant, gestionnaire de projets, stratège, designer).
Nous ouvrons la première édition de 2011 autour du thème : « Le professionnel de l’expérience utilisateur en vos mots».

Les emplois UX en ligne sont divers et variés. Certaines entreprises mettront l’accent sur l’expérience d’utilisateur avec un flair pour le développement des affaires, d’autres rechercheront un expert en méthode doublé de capacités de programmation. Le contexte de l’entreprise qui recrute et les besoins de ses clients peuvent expliquent-ils ces différences? Quel est le profil type pour votre entreprise?

Cette rencontre s’adresse tant aux entreprises invitées à décrire leurs postes ouverts, qu’aux professionnels UX qui auront l’opportunité de se présenter. Elle promet des débats riches sur le rôle même d’un UX – aujourd’hui et demain – et sa valeur ajoutée dans une entreprise. Un RDV à ne pas manquer!

Lieu : Divan Orange, 4234 Bd. St-Laurent
Date : Mardi 22 février, 2011 de 17h30 à 20h
Places disponibles : 30
Prix : Gratuit – Inscrivez-vous dès maintenant !

Venez partager, écouter et apprendre !
——

UXtalk is the place to be for an open conversation and knowledge-sharing on User Experience Design (UX). Agencies, consultants, project managers, strategists, designers, welcome!
We’re kicking off 2011 with a theme that’s sure to interest both employers and job seekers:  “What do you look for in a UX professional?”

Browsing through UX job posts, it’s fair to say that there a variety of job titles and qualifications. Some companies will ask for usability experience with a good acumen for business development whereas others may look for MMI expertise combined with programming skills. Who is your ideal candidate? Are your selection criteria highly dependant upon your clients’ needs or your business strategy? These are some open-ended questions that may help in understanding the role of a UX professional today and tomorrow.

We will have guest employers present their job offerings and explain how they see UX designers adding value to their business. For those seeking new opportunities, this will also be the place to introduce themselves and present their work. This meeting promises to be insightful, a don’t-wanna-miss!

Venue: Divan Orange, 4234 Bd. St-Laurent
Date: Tuesday, 22 February, 2011 from 5:30pm until 8:00pm
Capacity: 30 participants
Price: Free! – Register now!

Drinks and snacks available for purchase at Divan Orange.
Come to share, listen and learn!

UXTalk #7:Methodology — Bah! Humbug? / Méthodologie … pff et pis ?

Le mot “méthodologie” résonne en tant que contradiction directe à la créativité et au design. Quelle importance ont des méthodes établies en matière de design pour l’expérience utilisateur? Est-ce qu’une méthodologie nous aide ou, au contraire, nous encombre en tant que designers d’UX? Est-ce que la méthodologie crée-t-elle une pression (artificielle?) à « livrer la marchandise » plutôt que d’encourager la pleine exploration de solutions possibles?

Enregistrez-vous dès maintenant (c’est gratuit !), et rejoignez-nous pour une discussion pré-saison des Fêtes enrichissante, le 8 décembre au Divan Orange, 4234 Bd. St-Laurent, (Montréal) de 17h30 à 20hrs. Le bar proposera collations et boissons à la vente pour accompagner le débat.

Faites-vite, il n’y a que 30 places de disponible. Si vous ne pouvez pas y être, l’équipe fera son possible pour enregistrer la session soit en audio et/ou en vidéo. Le tout sera disponible peu après sur uxmtl.ca.


“Methodology” sounds like a direct contradiction to creativity and design. How important are established methods in designing for user experience? Does a methodology help or hinder us as UX designers? Does it creates artificial pressure to deliver rather than encourage the exploration of solutions?

Register now (it’s free!) and join us for a rich, pre-Christmas discussion on December 8 at Divan Orange, 4234 Bd. St-Laurent, from 5:30pm to 8pm. Drinks and snacks will be available for purchase at the venue.

The event is limited to 30 participants, sessions will be recorded whenever possible and recordings made available on here on uxmtl.ca.

Come listen, share your experience and learn!

UXtalk #6: The User Experience experience: the Good, the Bad and the Ugly


UX job openings at EA Montréal:
Senior UX Designer,  UX Prototyper, More jobs»

- Thanks to our great sponsor!

(English version follows.)

Retour d’expérience sur le design UX: le bon, la brute et le truand.

Date: 15 septembre, de 17h30 à 20h
Lieu:
O Patro Vys, 327 Mont-Royal Est, Montréal

Le design UX – Qu’est que cela vous évoque ? Est-ce une partie intégrante du développement d’un produit, ou un obstacle supplémentaire dans l’accomplissement de vos projets ? Quelle a été votre expérience du design UX ?

Nous avons invité un panel inter-disciplinaire de professionnels à se joindre à nous pour une discussion ouverte sur vos vues et vos points-de-vue sur la pratique du design UX. Nous explorerons les rôles et les dynamiques des équipes UX dans différentes organisations afin de découvrir ce qui fonctionne, et ce qui ne fonctionne tout simplement pas.

Par la compréhension de nos défis, de nos frustrations et de nos succès, nous travaillerons ensemble à l’amélioration de nos futures expériences du design UX à Montréal.

Enregistrez-vous dès maintenant (c’est gratuit !), capacité limitée à 120 participants.

Venez écouter, partager votre expérience et apprendre !


The User Experience Experience: The good, the bad and the ugly

When: Septembre 15, 5:30PM – 8:00PM
Where:
O Patro Vys, 327 Mont-Royal Est, Montréal

User experience design – What does it mean to you? Is it an integral part of the product development process or another roadblock on the way to getting things done? What’s been your experience with user experience?

We’ve invited a cross discipline panel of industry professionals to join us for an open discussion on the current views and viewpoints of user experience design. We’ll be exploring the current role and dynamic of user experience teams in different organizations to discover what’s working well and what’s simply not working at all.

Through understanding our existing challenges, frustrations and successes, we’ll work together to improve all of our future experiences with UX in Montreal.

Register now (it’s free!). The event is limited to 120 participants.

Come listen, share your experience and learn!

UXTalk #5: Service Design — unifying the user experience

The final UXTalk (#5) before our summer break saw over 30 people turn up at Divan Orange to discuss the topic of service design. Given it’s something that some folks might find “new,” we asked our friend Dominira Saul to come by and give us a primer. Thanks again Dom :-)

Below is his presentation with some notes he added since. Given it’s Summer in Montreal (and currently feeling like 39 degrees) I hope you will forgive my slowness in posting the rest of the writeup (I’m doing it between catnaps in the shade and trips to the office in the sweltering heat.) Thanks again to our wonderful sponsor EA Games who made sure everyone got some food and a glass of whatever they fancied.

UXTalk #5: Service Design — unifying the user experience

(English version follows.)

Le design de service – vers une expérience utilisateur unifiée

Le design d’expérience utilisateur va bien au delà de l’écran ou de l’appareil, et pourtant bien des compagnies ne prennent pas en compte toute l’expérience dans leur travail. Une erreur souvent commise est de négliger l’homogénéité de l’expérience entre tous les points de contact avec la clientèle, que ce soit la publicité, l’organisation spatiale des magasins, le site web, le produit ou le service client, etc.

Pour la dernière session de UXTalk avant notre pause estivale, Dominira Saul, le directeur de design d’expérience utilisateur chez Akendi, viendra lancer notre prochaine discussion sur le question de comment créer un design pour une expérience entière.

Enregistrez-vous dès maintenant pour prendre part à cette discussion, c’est gratuit! L’événement se tiendra ce 30 juin au Divan Orange du 4234 boulevard St-Laurent à Montréal de 17h30 à 20hrs. Et comme toujours, le bar proposera collations et boissons pour accompagner le débat. Mise à jour: nous remercions du fond du coeur notre commanditaire Electronic Arts, qui offrent nourriture et une boisson à chaque participant de cette soirée!

Faites-vites, il n’y a que 30 places de disponibles. Si vous ne pouvez pas y être, l’équipe fera son possible pour enregistrer la session soit en audio et/ou en vidéo. Le tout sera disponible peu après sur ce blogue.

Venez partager vos expériences. Vous apprendrez surement quelque chose!


User experience design isn’t limited to a screen or a device, but many companies often neglect designing the whole experience. A common mistake is to overlook how touch-points with customers — advertising, physical store layout, website, product, support service and other such aspects — present a consistent experience. How do we go about designing for the holistic experience? Dominira Saul, Director of User Experience Design at Akendi will be kicking off our discussion at our next UXTalk before we break for the summer season.


Register now (it’s free!) and join us on June 30 at Divan Orange, 4234 Bd. St-Laurent, from 5:30pm to 8pm. Drinks and snacks will be available for purchase at the venue. Update: we deeply thank Electronic Arts who will be sponsoring food and 1 drink per attendee for the evening!

The event is limited to 30 participants, sessions will be recorded whenever possible and recordings made available on here on this blog.

Come listen, share your experience and learn!

UXTalk #4: Where do game design and UX meet?

(Français en sous.)

I arrived a bit late in the play to last week’s UXTalk #4 (19th May 2010). When I got there, A.J. had already kicked things off with:

What I immediately noticed was that the energy in the room was different (more intense?) from some of the other UXTalk events I’d been to (and so far I’ve been to them all). Some people had even come from out of town (Toronto) just to attend – and of course hang out in Montreal afterwards too. We know it’s more fun here;-p

Fun is serious business in Canada.

According to a nationwide study by the Entertainment Software Association of Canada conducted in the summer of 2008, the industry (pre-economic meltdown) was worth $1.7 billion in direct economic activity, and, further, retail sales of $2.2 billion.

The Montreal area itself is host to over 40 game design companies including major international players. The industry employs over 4000 people in the city and surrounds (source: The Entertainment Software Association of Canada)

Parallel disciplines?

While “traditional” UX and game design might initially seem like parallel disciplines, each has a lot to learn from and offer the other. Few users of productivity or retail applications explicitly demand that people who do UX make them more “fun.” When was paying the bills ever a pleasure? And why don’t Photoshop or Excel reward you with a level-up if you can get past using it for less than 10% of its features? As one participant mentioned “94% of online users feel that games can be used to educate” (original source unknown).

Flow and delight

But even before games came online, their creators established principles that help players experience flow and delight and ensured they returned to play again and again. Challenge, chance, consequences, risks, and rewards for skilful action are dosed in ways that perhaps many other processes might do well to emulate. What would make a brand or a business addictive?

What do we want?

With in-world gaming and screens in our pockets, the frontier between what many people consider “play” and “real life” is becoming even blurrier. Yet, in games too, the bottom line of user experience design is “What do we want it to do?” As I often hear at these UXTalks, the goal of what we’re doing must be in direct rapport with the user’s motivations, in other words, what he or she wants to do. Otherwise we’re just people “caressing pixels.”

Good experience, not features

“A good experience should distill the most (and most relevant) possible to the user at each stage of its unfolding” Rarely, without being asked, will a gamer define his or her appreciation of a game in terms of the super easy sign-up form, the great range of features or platform compatibility…

We want fun, now

In much of gaming, the only motivation is “fun” and many users are in a hurry to get it. “Our audience is made up of 15 year old American males who are not known for their patience. They don’t want to have to figure out who they have to shoot!” “Is it gonna kill me or is it gonna heal me?” “Don’t have 15 menu options.” “Your UI has to be as simple as possible”.

To be continued…

  • Light, sound and movement as feedback
  • How do we make games accessible? How can we reconcile the notion of accessibility in gaming, where it means the speed of immersion, with that of web accessibility, where it’s a question of universal access — regardless of disabilities?
  • Ergonomy and innovation in controls
  • Personalisation
  • Social and collaborative gaming

Je suis arrivée un peu en retard au dernier UXTalk #4 du 19 mai 2010. Dès que je me suis assise, A.J. avait déjà amorcé la soirée avec ceci :

Dès les premiers instants, j’ai remarqué que l’énergie de la salle était différente, peut-être même un peu plus intense comparativement à tous les autres UXTalk auxquels j’ai assisté. Certaines personnes sont même venues de l’extérieur de la région (Toronto) juste pour être présent à l’événement et bien sûr, pour sortir un peu à Montréal par la suite. On le sait, c’est beaucoup plus l’fun ici.

Le divertissement est une entreprise sérieuse au Canada

Selon une étude pan-canadienne faite à l’été 2008 par Entertainment Software Association of Canada, l’industrie du jeux, avant le crash-économique récent, valait plus de 1.7 milliards de dollars en revenus directs et plus de 2.2 milliards en revenus indirects (vente au détail).

La région de Montréal possède plus de 40 entreprises en design de jeux, incluant les plus grands noms de l’industrie. D’après l’Association Canadienne de logiciel de divertissement (The Entertainment Software Association of Canada), elle emploie plus de 4000 personnes de la ville et de sa région.

Disciplines parrallèles?

Si initialement nous remarquons beaucoup de similitudes entre le UX traditionnel et le design de jeux, il y a fort à parier que chacun peut en apprendre beaucoup de l’autre. Peu d’utilisateurs exigent des experts UX que leur applications utilitaires soit plus amusantes à utiliser. Payer ses factures en s’amusant, c’est possible? Et pourtant… Pourquoi Photoshop et Excel ne nous recompenseraient-ils pas en proposant de nouvelles options lorsque vous réussissez à l’utiliser au delà de 10% de sa capacité? L’un des participants au UXTalk mentionna par ailleurs que «94% des utilisateurs en ligne pensent que les jeux pourraient être utilisés dans un cadre d’apprentissage» (source non-vérifiée).

Fluidité et plaisir de jouer

Avant même que les jeux se retrouvent en ligne, leurs créateurs établissent des principes de base afin d’offrir une meilleure expérience de jeu et de s’assurer que le joueur revienne jouer encore et encore. Défis, hasards, risques et récompenses pour une tâche brillamment accomplie. Tout cela est fort bien réfléchi et savamment dosé. Cette recette devrait en inspirer d’autres. Comment faire pour que l’identité de votre entreprise devienne une dépendance?

Qu’est-ce qui nous motive?

Dans un monde où le jeu est partout, même dans nos poches, la frontière entre ce que les gens perçoivent comme un jeu et la vraie vie se confond de plus en plus. Pourtant, dans les jeux aussi, la base de l’expérience usager revient à «qu’est-ce qui motive l’utilisateur ?» Comme je l’entends régulièrement dans les UXTalks, l’objectif de ce que nous faisons doit être en rapport direct avec nos motivations primaires. Autrement nous sommes que des gens qui «flattent des pixels».

L’expérience avant les options

«Une bonne expérience se doit d’offrir le maximum, de façon pertinente, à chaque étape que l’utilisateur franchi». Il est bien rare d’entendre un utilisateur vanter les mérites d’un jeu pour la simplicité de son formulaire d’inscription, le nombre de ses fonctionnalités ou la compatibilité entre plate-formes.

On s’amuse tout de suite!

Ce qui définit beaucoup les jeux est leur capacité à amuser et à procurer du plaisir tout de suite et maintenant. C’est ce que les utilisateurs recherchent tout d’abord. «Notre marché est composé de jeunes hommes américains de 15 ans qui ne sont pas connus pour leur patience. Ils ne veulent pas comprendre qui et comment tirer. Ils veulent tirer !» «Est-ce que ça va me tuer ou ça va me guérir ?» «N’ayez pas 15 menus pour vos options.» «Votre UI doit être le plus simple possible».

À suivre…

  • Lumière, sons et mouvement comme interfaces
  • Comment rendre un jeu accessible à tous? Comment concilier la notion d’accessibilité dans le monde du jeu comme «facilité à s’immerger», et celle du web où l’accessibilité est une question d’accès à tous, quel que soit le handicap.
  • Ergonomie et innovation des outils de contrôles
  • Personnalisation
  • Aspect social et collaboratif des jeux

UXTalk #4: Where do game design and UX meet?

(English version follows.)

Le design de jeux et le UX: qu’ont-ils en commun ?

Le design de jeux et l’expérience usager sont deux domaines pluridisciplinaires aux objectifs bien distincts – mais peut-on leur trouver des atomes crochus? Le prochain UXTalk tentera de comprendre quels éléments du design de jeux pourraient être bénéfique à l’expérience usager, et vice versa: comment l’expertise UX peut amener les jeux encore plus loin. Inspirant n’est-ce pas?

Enregistrez-vous dès maintenant pour prendre part à cette discussion, c’est gratuit! L’événement se tiendra ce 19 mai au Divan Orange du 4234 boulevard St-Laurent à Montréal de 17h30 à 20hrs. Et comme toujours, le bar proposera collations et boissons pour accompagner le débat.

Faites-vites, il n’y a que 30 places de disponibles. Si vous ne pouvez pas y être, l’équipe fera son possible pour enregistrer la session soit en audio et/ou en vidéo. Le tout sera disponible peu après sur uxmtl.ca.

Venez partager vos expériences. Vous apprendrez surement quelque chose!


As multidisciplinary and complex fields, aspects of game design and UX possess similarities while having very different goals. What principles of game design can make user experience more compelling? How can UX benefit game design?

Register now (it’s free!) and join us on May 19 at Divan Orange, 4234 Bd. St-Laurent, from 5:30pm to 8pm. Drinks and snacks will be available for purchase at the venue.

The event is limited to 30 participants, sessions will be recorded whenever possible and recordings made available on here on uxmtl.ca.

Come listen, share your experience and learn!